L’art du piano

1024 768 Beatrice Berrut

Une partition est comparable à l’esquisse d’une toile : les contours, les dimensions et le sujet sont là. C’est à l’interprète de respecter et de comprendre ces données de base, puis de les mettre en couleur, en perspective et en lumière. Comme un peintre qui cisèle le détail d’une fleur en gardant à l’esprit sa place dans l’architecture générale du paysage,   le musicien doit développer un sens des proportions et des priorités. Cette différenciation des plans, ce choix volontaire de mettre en exergue certains éléments et d’en laisser d’autres dans l’ombre, sont constitutifs d’une interprétation.

L’interprète devrait disposer d’une palette de couleurs étendue qui lui permette d’habiller richement la partition. Tout n’est pas écrit dans une partition et c’est l’imagination sonore de l’interprète qui met à sa disposition une vaste banque de données. Le son – son expression, sa puissance et sa durée – doit être défini avant le geste qui l’exécute. Si cette anticipation constante est très naturelle pour les cordes, les vents et les chanteurs qui doivent « penser » la note avant de la « fabriquer », elle l’est moins au piano. Le piano est un instrument neutre, qui sonne à la simple condition que l’on enfonce une touche. Cette neutralité en fait cependant un instrument prêt à se glisser dans tous les rôles. Seul un désir brûlant et débordant le fait sortir de sa somnolence émotionnelle pour lui donner une voix personnelle. Le travail fait sur une œuvre est donc d’abord un travail sur soi, sur son imagination, en vue de lui donner une concrétisation sonore.

La musique nous relie au-delà de la magie d’un concert, lorsque l’écoute est sincère et que les histoires racontées par l’interprète sont merveilleuses.

Beatrice Berrut, 2018

Konzertpianistin Beatrice Berrut

La plus grande force du monde est le pianissimo.

Maurice Ravel ( 1875 – 1937 )

J’imagine la musique comme un langage universel, qui vibre dans l’éther avant d’être capté par la plume du compositeur, et de s’incarner dans le musicien. Celui-ci est un canal, ce que dit bien le mot « interprète » : il est « entre » la musique et le public. L’ambiguïté de son rôle est que sa personnalité et ses émotions doivent transparaître sans déformer le contenu du message. Il s’agit presque d’un travail de funambule, où l’équilibre entre la subjectivité du musicien et l’objectivité du texte est à renégocier à chaque pas.

Créativité et création artistique

C’est une responsabilité de transmettre une musique de génie aux autres, et cela explique probablement le trac.

La musique est un art de l’instant. Cela fait sa fragilité, – les heures passées à travailler une œuvre comptent peu, si son exécution publique est moyenne – mais c’est ce qui rend le concert si excitant et lui donne son unicité et sa spontanéité. Jamais deux soirs ne seront pareils, et cela dépendra autant de la qualité du jeu du musicien que de la capacité d’écoute du public.

Join our Newsletter

We'll send you newsletters with news, tips & tricks. No spams here.

Contact Us

We'll send you newsletters with news, tips & tricks. No spams here.